LA SANTE DU MAINE COON

LES MALADIES GÉNÉTIQUES

 

La Cardiomyopathie hypertrophique, HCM.

C´est une maladie génétique du myocarde (muscle cardiaque) caractérisée par l’épaississement anormal du ventricule gauche ce qui réduit la capacité du cœur à remplir son rôle de pompe. Le cœur bat plus vite et de façon inefficace pour alimenter et oxygéner le corps. L’HCM peut conduire à la mort prématurée du chat.

Bien que la maladie se développe et progresse dans le temps, les signes précurseurs peuvent être infimes (difficultés respiratoires, rythme cardiaque plus rapide, souffle cardiaque) voire souvent inexistants. Un chat qui semble en bonne santé peut tomber malade très rapidement et même mourir subitement, en général avant l’âge de 6 ans.

L’HCM est héritée par un gène dominant autosomique (les mâles comme les femelles sont concernés), un gène de cette maladie transmis par un seul de ses parents suffit pour que le chaton ait un risque sur deux de porter le gène, et de développer la maladie. Elle touche 20% des maine coons en Europe.

Comment dépister cette maladie ?

Uniquement une des formes de la HCM appelée HCM1 (HCM-A) est dépistée à travers un test génétique (prélèvement de cellules buccales) qui repose sur la détection d’une mutation dans le gène MYBPC3 (forme HCM1).

Les résultats du test peuvent être :

homozygote normal : le chat n’est pas porteur du gène à l’origine de la maladie, il est donc sain et ne peut pas transmettre la maladie à sa descendance.

– hétérozygote : ce qui signifie que la mutation est présente sur un des allèles du gène. Le chat est donc porteur de la maladie, il a des chances de la développer et 50% de possibilités de la transmettre à sa descendance.

homozygote positif : Le chat a un grand risque de développer une grave et/ou précoce cardiomyopathie et il la transmettra.

Il existe d’autres formes d’HCM qui ne sont pas détectables par les tests génétiques, il faut donc réaliser régulièrement des échographies cardiaques. La maladie étant évolutive, un seul examen négatif signifie seulement que le chat ne présentait pas de signes de la maladie au jour de l’examen. Il est aussi mpératif d’avoir recours à un vétérinaire cardiologue, équipé et habilité à faire les recherches des maladies cardiaques.

 

La Déficience en Pyruvate Kinase (PKdef)

La pyruvate kinase est une enzyme qui intervient dans le métabolisme de production d’énergie par dégradation des sucres dans les globules rouges. Si ces derniers manquent de PK, le métabolisme en souffrira et les globules rouges mourront par hémolyse, d’où une anémie chez le chat atteint.
Cette anémie peut être plus ou moins grave, la durée de vie des chats atteints variant de un à treize ans car cette anémie est régénérative et peut donc apparaître de façon intermittente, avec des rémissions dans la maladie.

Comment dépister cette maladie ?

Le diagnostic est affirmé par la réalisation d’un test ADN (prélèvement de cellules buccales) montrant le gène muté et permettant de tester le statut du chat, c’est à dire d’identifier s’il est porteur de deux gènes sains, de deux gènes défectueux ou d’un de chaque.

C’est une mutation autosomale, donc non liée au sexe, et récessive ce qui signifie que pour être atteint par la maladie, le chat doit avoir à la fois l’allèle muté transmis par son père et l’allèle muté transmis par sa mère, donc être ce qu’on appelle homozygote.
Si le chat une seule allèle muté (par sa mere par ex), le chat est dit porteur sain, et ne développera jamais la maladie : il aura donc une vie tout à fait normale, aucun soin particulier ne sera a fournir (pas de médicament, pas d alimentation spécifique).
Actuellement, aucun maine coon « atteint (2 allèles mutés) n’a été recensé avec certitude, et surtout aucun décès)

 

L’Atrophie Musculaire Spinale (SMA)

La SMA est une maladie neuromusculaire dont les premiers symptômes sont visibles chez les chatons dès 3 à 4 mois. Ces premiers symptômes sont une démarche anormale et des tremblements musculaires discrets, en particulier sur les membres postérieurs. Par la suite, une faiblesse musculaire apparaît, puis une amyotrophie (vers 4 à 5 mois d’âge). Après 4 à 8 mois de progression de la maladie, l’état du chat atteint peut se stabiliser. Malgré une amyotrophie marquée, certains chats sont capables de se déplacer et peuvent vivre plusieurs années avec la maladie. A ce jour il n’existe aucun traitement curatif pour la SMA du Maine Coon.

La SMA est une maladie héréditaire due à une délétion d’un gène appelé LIX1 (Limb And CNS Expressed ) Le mode de transmission de la maladie est autosomique récessif . Les chatons atteints naissent de parents indemnes, qui sont des porteurs sains. Le mariage de deux porteurs sains produit en moyenne 25 % de chatons atteints et 50 % de chatons porteurs sains.

Comment dépister cette maladie ?

Comme pour les autres, par un test ADN (prélèvement de cellules buccales)

Un chat peut donc avoir l’un des trois statuts génétiques suivants pour la SMA  (c est la meme chose pour la pkdef) :
– génotype N/N : ce chat homozygote normal n’est pas atteint, c’est un chat indemne et non porteur ;
– génotype N/LIX1 : ce chat hétérozygote n’est pas atteint par la SMA, mais c’est un porteur sain ;
– génotype LIX1/LIX1 : ce chaton homozygote muté est atteint de SMA.

Le chat hétérozygote N/LIX1, porteur sain, n’aura jamais aucun symptôme, mais transmettra statistiquement la mutation à 50 % de ses descendants.

 

La Polykystose rénale, PKD.

C’est une maladie rénale héréditaire. Elle se traduit par le développement progressif de kystes sur les reins, par la destruction du tissu rénal et par une insuffisance rénale chronique. La PKD se transmet selon un mode autosomique dominant.

Le rythme de développement des kystes est variable selon l’individu. Un chat atteint de PKD peut vivre plusieurs années sans montrer aucun symptôme, mais si la maladie se développe rapidement elle peut entraîner une mort précoce du chat.

Les symptômes correspondent à ceux d’une insuffisance rénale chronique : abattement, perte d’appétit, léthargie, vomissements, augmentation des urines, soif excessive et perte de poids.

Cette maladie reste relativement rare chez le Maine Coon, elle touche plus particulièrement les Persans. Il est tout de fois possible de faire le test ADN de dépistage, et une échographie des reins peut être demandée en même temps que l’échographie cardiaque.

Comment dépister cette maladie ?

Le test génétique (prélèvement de cellules buccales) repose sur la détection d’une mutation dans le gène PKD1. Les résultats du test sont analogues à ceux exposés précédemment (le cas homozygote positif n’est encore jamais apparu). Une échographie est suffisante pour faire un diagnostique fiable à 98%.

 

INFOS : il existe plusieurs laboratoires, qui fournissent des « pack » comprenant 3 ou 4 tests génétiques en un seul prélèvement buccal et de prix très attractifs : Antagen (France) , Genindex (France), Labogena (France), Laboklin (Allemagne), Langford (Royaume Unis), VGL/UC Davis (USA)

 

 

LES MALADIES INFECTIEUSES

Le maine coon comme tout les autres chats, peut être touché par certaine maladies infectieuses, qui peuvent se révéler très grave voir mortelles.
Une très bonne alimentation et une vaccination annuelle permet de protéger un maximum votre chat.

Certaines maladies peuvent être évitées grâce aux vaccins (malheureusement parfois les vaccins ne protègent pas complètement l’animal mais il est plus que nécessaire de les faire.)

Ces maladies sont : le typhus, le coryza, la leucose, la rage, le chlamidyose

 

Le Typhus :

Il est due à un virus de la famille des Parvovirus. Cette maladie est caractérise par une gastro-entérite accompagnée d’un état de tuphos (profond abattement) et d’une panleucopenie (diminution des leucocytes), d’où la dénomination de panleucopénie féline.

La maladie touche généralement les chatons, ou les adultes provenant d’une chatterie. L’incubation est de 2 à 4 jours.

Lorsque la chatte est infectée par le virus pendant la gestation, les chatons souffrent de lésions nerveuses invisibles à la naissance, mais qui apparaîtront lorsqu’ils commencent à marcher. Les chatons n’ont alors aucun équilibre, et sont incapables de se déplacer. Il s’agit de l’ataxie cérébelleuse du chaton, maladie hélas incurable. Le traitement est malheureusement aléatoire et dépend fortement de l’état général de l’animal.

Le typhus est mortel dans 50% à 90% des cas.

La vaccination se pratique en deux injections à un mois d’intervalle, possibles dès l’âge de deux mois, avec rappel tous les un à deux ans.

FR_FPV_La_Panleucopenie_feline

 

Le Coryza :

C´est une maladie complexe, car elle n’est pas due à un seul microbe, mais à l’association de plusieurs virus et de bactéries.

Avec une période d’incubation de 2 à 5 jours, c´est une maladie très contagieuse, la transmission se produit par éternuements ou soufflements.

Trois virus sont impliqués dans le coryza et provoquent chacun des symptômes différents:

– Un virus de la famille des « Herpes virus » responsable d’une infection du nez et des voies respiratoires. C’est le virus le plus dangereux. Il peut être mortel chez des animaux affaiblis si l’on ne met pas en place un traitement rapide.

– Un Calicivirus provoquant lui aussi de la fièvre et de l’abattement, des écoulements oculo-nasaux et surtout des ulcères dans la bouche.

– Un Réovirus bénin qui provoque quelques larmoiements.

Le traitement du coryza passe en général par l’administration d’antibiotiques.

On peut y associer un traitement antiviral naturel qui a fait ses preuves : quelques gouttes dans l eau de boisson avec de l EPP (extrait de pépin de pamplemousse – bio, sans adjuvant a +700mg de dosage minimum
ainsi que des cachets d’Engystol (préparations homéopathique) : ces 2 compléments boostent les défenses immunitaires de chat très affaiblit.
Ce ne sont pas des remède miracles, mais ils contribuent à une bonne guérison.
Ils peuvent être donnés en « cure » préventive.
Dans tous les cas, voir votre vétérinaire.

Le vaccin contre le coryza est actif à la fois contre les Calicivirus, et contre la rhinotrachéite, et l’on y associe de plus en plus souvent un vaccin contre les Chlamydia, bactéries à l’origine de complications. La vaccination se fait en deux injections à un mois d’intervalle, avec un rappel tous les ans.

FR_FCV_Infection_des_voies_respiratoires_superieures_par_le_calicivirus_felin

FR_FHV_Infection_des_voies_respiratoires_superieures_par_lherpesvirus_felin

 

 

La Leucose :

Elle est due à un virus appelé virus leucémogène félin ou FeLV. Son action est proche de celle du virus du SIDA . Ce virus ne se transmet pas à l’homme ni aux autres espèces animales.

Il faut néanmoins bien protéger votre chat. On estime généralement qu’en France 5% à 10% des chats sont séropositifs pour le virus de la leucose (FeLV).

Elle se transmet de chat à chat par un simple contact, à travers n’importe quelles voies : sang, larmes, salive, urines …

Le seul traitement envisageable concerne les maladies opportunistes afin d’assurer un confort de vie à son Maine Coon puisqu´il n’existe pas de traitement anti-viral pour la leucose.

Il existe un vaccin contre la leucose. Il est efficace à 80-90%. Mais il faut avant tout faire tester le chat , il est inutile de faire vacciner un chat qui est porteur du virus (pour chat adopté adulte), un chaton de parent saint, est « à la base » saint » (test possible a faire vers les 6 mois)

FR_FeLV_La_leucose_feline

 

 

La Rage :

C´est une maladie causée par un virus présent dans toute les régions du monde elle est transmissible à l’homme et toujours mortelle.

Le virus est fortement concentré dans la salive des animaux porteurs. La transmission de la maladie se fait principalement par morsure d’un animal atteint, et cela même avant qu’il n’ait des symptômes de la maladie.

L’incubation du virus chez le chat est de 15 à 30 jours. Une fois le chat mordu le virus pénètre dans la peau puis va contaminer le cerveau ensuite les glandes salivaires et enfin tous les autres tissus de votre chat.

La vaccination peut être pratiquée dès l’âge de trois mois, c’est à dire au moment des rappels des autres vaccins avec un rappel annuel.

FR_R_La_rage_chez_le_chat

 

La Chlamydiose :

Elle est du a une bactérie chlamydophila felis qui peut entraîner des troubles oculaires et/ou respiratoires.

La chlamydiose se transmet le plus souvent par un contact.

La chlamydiose peut atteindre l’homme, mais les risques de transmission sont faibles et concernent essentiellement les personnes immunodéprimées.

Le traitement se fait à base d’antibiotiques, de collyres et d’anti-inflammatoires. Il est très efficace mais peut s’avérer plus ou moins long.

Il existe un vaccin contre la bactérie responsable de cette maladie qui est souvent effectué en association avec ceux contre le typhus et le coryza.

FR_CF_Linfection_par_Chlamydophila_felis

 

 

Malheureusement, nos chats ne peuvent pas toujours se protéger des maladies infectieuses par un vaccin. C’est le cas pour ces 2 maladies graves et mortelles : la PIF (péritonite infectieuse féline) et la FIV (« sida » des chats)

 

La Péritonite Infectieuse Féline (PIF)

Cette maladie virale atteint surtout les jeunes chats vivant en collectivité. La PIF est très grave, elle peut atteindre différents organes et donc se présenter sous des formes différentes. Il faut pourtant bien la reconnaître car c’est l’une des premières causes de mortalité chez les jeunes chats.

La PIF se transmet par contact étroit entre chats. Les selles sont la première source d’infection mais aussi le milieu dans lequel le chat habite (sols, vêtements, …) Elle n’est pas transmissible à l’homme ni aux autres animaux.

La PIF est en effet mortelle, mais seulement 10% des chat infectés développerons la maladie.

Il n’existe aucun vaccin disponible en France, cependant des vaccins existent dans d’autres pays, d’administration intranasal, mais sont encore controversés.

FR_FIP_La_peritonite_infectieuse_feline

 

Syndrome d´Inmmunodéficience Acquise (FIV « sida »)  

Le FIV c’est le SIDA du chat, c’est une maladie virale grave, mais il y a aucun risque de transmission du chat à l’être humain (ni autres espèces).

La maladie reste rare chez les chat d’appartement mais 15% des chats errants sont porteurs du virus.

Le virus du FIV est présent dans la salive du chat, le principal moyen de transmission est donc la morsure. Il peut, parfois, se transmettre entre chats lors de contacts fréquents et répétés (léchage mutuel, nez à nez) par voie sanguine ou sexuelle.

La durée d’incubation est de 4 à 6 semaines.

La seule prévention possible est d’éviter tout contact entre chats sains et malades.

Le virus pouvant être latent pendant de nombreuses années, il est tout à fait possible de vivre sereinement et sans risques avec un chat porteur de cette maladie. Cependant si vous avez plusieurs chats il devra vivre isolé afin de protéger les autres.

FR_FIV_Le_syndrome_dimmunodeficience_feline

 

autres problèmes pouvant etre rencontré avec le chat :

la teignehttp://www.loof.asso.fr/sante/teigne.php

maladie de la griffe du chathttp://www.loof.asso.fr/download/fiche-cs-maladie_griffes_chat-2017.pdf

FR_BB_Linfection_par_Bordetella_bronchiseptica

 

En résumé :

Pour avoir un chat en bonne santé en plus de prendre un chaton, dans un élevage « saint » où les parents sont en bonne santé (demandez les certificats médicaux), il faut le faire vacciner et lui offrir une alimentation équilibrée de bonne qualité.

Malgré cela, votre chat peut contracter une maladie (celles décrites au dessus par ex)

Mais aussi d’autres, car le métabolisme du chat est plus rapide que le notre puisque c’est un carnivore, et donc son systèmes digestif et certains organes sont plus délicats chez le Maine Coon. (diabète, pancréatite, calcul urinaire, insuffisance rénale ..)

En cas de doute, consulter toujours votre vétérinaire mais si vous prenez votre temps pour choisir votre chaton, et si vous lui apporter alimentation équilibrée, variée et saine, les vaccins, des jeux et de l’amour, vous vivrez très longtemps avec un maine coon en bonne santé

 

Trousse a pharmacie de base du chat : http://www.loof.asso.fr/download/trousse.pdf